Onglet Vol
HotelWeek end
Aller / Retour
Aller simple
Multi-destinations
Classe économique
Classe affaire
  • Compagnies aériennes
    auditées par la DGAC
  • Service après-vente
    domicilié à Paris
  • La confidentialité de vos données est garantie
  • Solution de paiement
    sécurisé par protocole SSL
  • Pas de vols sur des
    compagnies en liste noire
  • Garantie totale de
    l'APS en cas de défaillance
  • Les tarifs les plus bas à
    n'importe quelle période
  • Assurance annulation en cas de problème
  • L'offre vol sec la
    moins chère du marché

Nos garanties

Compagnies aériennes auditées par la DGAC

Service après-vente domicilié à Paris

La confidentialité de vos données est garantie

Solution de paiement sécurisé par protocole SSL

Pas de vols sur des compagnies en liste noire

Garantie totale de l'APS en cas de défaillance

Les tarifs les plus bas à n'importe quelle période

Assurance annulation en cas de problème

L'offre vol sec la moins chère du marché

Renseignements et réservations

08 92 88 89 49 **

Billets avion Castille-La Manche

Les tarifs aller retour les plus récents sur nos billets avion Castille-La Manche en class éco

CompagnieTrajetDate DépartDate RetourDatesTarif TTC
ryanairryanair Paris (BVA)
Barcelone (BCN)
14/02/2019 21/02/2019 du 14/02/2019
au 21/02/2019
10€btn_voir
easyjeteasyjet Lyon (LYS)
Palma (PMI)
08/04/2019 10/04/2019 du 08/04/2019
au 10/04/2019
16€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
08/04/2019 10/04/2019 du 08/04/2019
au 10/04/2019
15€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Barcelone (BCN)
04/02/2019 06/02/2019 du 04/02/2019
au 06/02/2019
11€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
04/05/2019 07/05/2019 du 04/05/2019
au 07/05/2019
20€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
02/05/2019 07/05/2019 du 02/05/2019
au 07/05/2019
18€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
04/04/2019 07/04/2019 du 04/04/2019
au 07/04/2019
18€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
01/06/2019 04/06/2019 du 01/06/2019
au 04/06/2019
20€btn_voir
ryanairryanair Paris (BVA)
Gerone (BCN)
04/05/2019 07/05/2019 du 04/05/2019
au 07/05/2019
22€btn_voir
vueling-airlinesvueling-airlines Lyon (LYS)
Palma (PMI)
02/04/2019 11/04/2019 du 02/04/2019
au 11/04/2019
16€btn_voir

A voir : la cathédrale de Tolède

TOLÈDE (Espagne), dans la Nouvelle-Castille, aujourd'hui chef-lieu de l'intendance de Tolède, sur le Tage, archevêché, dont le titulaire est primat d'Espagne. On y allait implorer sainte Léocadie, qui avait en cette ville trois églises sous son invocation. Sainte Léocadie, née à Tolède, y fut martyrisée durant la persécution de Dioclétien, souffrit d'horribles tourments, et mourut en prison. Elle est patronne de Tolède. Durant les incursions des Arabes en Espagne, on porta ses reliques à Oviédo, puis à l'abbaye de Saint-Guislain, près de Mons, en Hainaut (Belgique) ; le roi Philippe II les fit rapporter à Tolède en 1580. Mais la grande dévotion de Tolède, c'est la Vierge de la cathédrale, qui apparut à saint Ildefonse, auprès de la porte Notre-Dame. La chapelle qu'on lui a consacrée près d'un pilier de jaspe était un véritable trésor. Ce pilier est entouré d'une grille de fer, excepté du côté où on le baise par piété. Voici un résumé de la description de cette chapelle, telle qu'on la trouve encore dans La Martinière : Depuis le pavé jusqu'à la voûte, elle est tout incrustée de marbre et de jaspe. On voit sur l'autel la statue de la sainte Vierge, de grandeur naturelle et d'argent massif, éclairée par quatorze ou quinze grosses lampes d'argent. Je ne parlerai pas des tombeaux dont notre auteur fait mention ; car ce ne sont pas toujours des lieux saints, mais je continuerai l’énumération de ses richesses. On y voit quatorze ou quinze grandes armoires pratiquées dans la muraille, et remplies d'une quantité prodigieuse d'or et d'argent travaillés. Ce sont des croix, des bassins, des vases, des mitres, des crosses et autres choses semblables ; et au dehors se voient douze beaux chandeliers d'argent plus grands que la hauteur d'un homme. Il y a deux mitres de vermeil toutes parsemées de pierreries et de grosses perles ; trois colliers de pur or, aussi larges que la main, et assez longs pour entourer le cou, ornés de perles et de pierres précieuses ; deux bracelets et une couronne de la sainte Vierge à l'impériale, le tout enrichi de gros diamants, de pierres fines et de grosses perles rondes ; dans la couronne seule il y avait, quinze livres, ou un peu plus de sept mille cinq cents grammes pesant d'or. La custode ou le tabernacle qui sert à porter le saint sacrement à la Fête-Dieu, est d'argent doré et de la hauteur d'un homme ; il se termine en plusieurs pointes de clocher, et est couronné par une foule d'anges et de chérubins d'un travail très-délicat ; il se démonte en sept mille pièces, et il est si pesant qu'il ne faut pas moins de trente hommes pour le porter. Au dedans de ce tabernacle il y en a un autre qui est de pur or, du premier qu'on apporta des Indes, et il est enrichi d'une grande quantité de pierres précieuses : c'est là qu'on tient le saint sacrement. Les patènes, les ciboires et les calices ne sont pas de moins beaux ouvrages, ni moins ornés de pierreries et de perles orientales. On remarque un grand reliquaire donné par saint Louis, roi de France. C'est une grande plaque d'or, partagée en quarante petites niches, où l'on a enchâssé les reliques de plusieurs saints, et au-dessus de la plaque est une couronne de duc. On montre aussi un grand coffre où l'on renferme le saint sacrement le jeudi saint ; il est fait en forme de cinq coffrets carrés, posés les uns sur les autres, tous d'argent ciselé, et qui vont en diminuant jusqu'au sommet. Dans ces coffrets sont les reliques de plusieurs saints, dont les figures s'y voient au naturel en argent doré. Il y a encore dans ce trésor une grande quantité de navires de cristal avec leur attirail ; une chape en broderie de perles aussi grosses que des noisettes ; un tableau dont le fond et le cadre sont de jaspe ; une Notre-Dame donnant son Fils à saint Jean-Baptiste et à saint Joseph, tout cela de pur or, si ce n'est que la Vierge est assise sur un rocher de pierres précieuses, où l’on remarque entre autres un diamant gros comme un œuf de pigeon ; enfin, un chef-d'œuvre que l'on estime au-dessus de tout cela, c'est une Bible ancienne, écrite sur parchemin, et couverte de brocatelle à grands feuillages, qui est un présent de saint Louis. Elle est remplie de figures et enluminée à l'antique. Cet ouvrage est très-bien conservé, et bien des gens croient en Espagne, à cause de la perfection des peintures, qu'il a été fait de la main même de saint Luc. On en fait tant de cas que Philippe II, souhaitant de l'avoir, pour le déposer à l’Escurial, offrit une ville entière eu échange au chapitre de Tolède, sans pouvoir l'obtenir. Les autres chapelles considérables de cette église sont celles de saint Jacques, de saint Martin, du cardinal Sandoval, du connétable de Luna, et particulièrement celle où l'on fait l'office selon le rite mozarabe. Les Espagnols donnent à cette église le litre de sainte, soit à cause des saintes reliques qui s'y trouvent en quantité, soit à cause que le culte public s'y fait avec beaucoup de splendeur et d'éclat. L'autel principal est enfermé d'un grand treillis de bronze et à chaque côté paraissent deux chaînes de bronze doré, soutenues par un grand pilier de jaspe, et embellies de figures en relief. Dans le chœur on voit sur un autel une Vierge qui tient Jésus enfant entre ses bras, et semble le regarder avec un doux sourire. Cette figure est parfaitement bien faite, et son habit, aussi bien que le parement de l'autel, est tout en broderie d'or et de perles. Le fond du chœur est orné de figures de marbre en ronde-bosse, qui représentent la Transfiguration de Notre-Seigneur, et l'on y voit suspendues plus de quarante lampes d'argent, avec plusieurs, encensoirs de même métal. On y montre encore une niche d'où l'on dit qu'il sortit miraculeusement une source d'eau plusieurs jours de suite, dans le temps que les habitants, pressés par un long siège qu'ils soutenaient contre les Arabes, étaient à demi morts de soif, et prêts à se rendre. Les sièges des chanoines sont séparés les uns des autres par des colonnes de marbre ou de jaspe, et il y en a assez pour contenir trois ou quatre cents personnes. On garde aussi avec respect dans la cathédrale une partie notable de la vraie croix.

Source : BDV
Avertissement : ce texte restitue l'opinion de son auteur sur les faits, les choses ou les gens évoqués à l'époque où il a été écrit. O tempora, o mores... cet article est fruit d'un contexte. Il ne présume en rien de l'avis de l'éditeur du site sur le sujet évoqué.